fbpx

Ce n’est probablement pas un hasard si tous les gens qui voyagent reviennent à chaque fois avec – tu sais, ce big smile, ce petit truc changé, cette fraîcheur. 🙂
Ce n’est probablement pas non plus un hasard si les gens qui partent en voyage, repartent, puis repartent encore et encore.
Mais alors, quel est ce truc qui les pousse a voyager ?

Ça fait maintenant 10 ans que je voyage, seule ou accompagnée, pour des durées plus ou moins longues, et sur des latitudes plus ou moins australes. C’est devenu un vrai moteur pour moi : mes projets et mes choix y sont tous plus ou moins liés. Je suis persuadée que le voyage est un moyen sur-puissant d’enrichissement personnel et que ça change la vie. Je vais t’expliquer ici pourquoi.

Quand j’ai écrit ces raisons, je me suis rendue compte par hasard qu’il y en avait 10. C’est bien 10, ça fait sérieux et c’est marketing.

Allez, vamos, voici :

les 10 raisons pour lesquelles le voyage change la vie

Tout d’abord, mettons-nous d’accord – j’aimerai spécifier le genre de voyage auquel je fais référence ici.
Pour faire simple, voyons par exemple ceux que je n’inclus pas dans ces propos : les 15 jours congés payés grâce auxquels on part pour se reposer les pieds en éventail, les vacances en club ou hôtel « all inclusive », les voyages en groupe organisés, les escapades sur des week-ends prolongés.
Pas de jugement ici de si c’est mieux ou moins bien. De mon point de vue, la durée, la destination et le budget ne sont pas des éléments qui importent.

Je fais référence essentiellement dans cet article aux voyages que l’on entreprend dans une démarche particulière. Que tu sois seul ou accompagné, que tu partes pour 3 semaines ou pour 6 mois, quelle est la raison de ce départ ? N’y a-t-il pas un objectif plus profond que le voyage en lui-même, qui te pousse à partir ? Une vocation ? Du sens ?
On voit de plus en plus de gens partir voyager avec un objectif ou une thématique spécifique : un voyage humanitaire, éco-solidaire, une cause environnementale, un challenge sportif, ou un voyage en solo « pour déconnecter ». Ce n’est pas alors partir pour partir, mais peut-être plutôt pour se découvrir, pour se prouver quelque chose, pour réaliser une performance, pour aider les autres ou pour défendre une cause.

Voila, c’est de ce genre de voyage dont je parle ici.

« voyager, ça forme la jeunesse »

Comme évoqué précédemment, le voyage est pour moi un moteur. Non seulement c’est un véritable kiff, mais j’en ai également fait un de mes objectifs de vie. Une chance, la planète regorge d’endroits incroyables à visiter, on ne risque pas de s’ennuyer.

Mais si c’est un moteur, c’est avant tout parce que voyager ça me fait grandir. Ça m’a permis de devenir autonome et de m’auto-responsabiliser.

Lorsque tu voyages, tu sors des rails du quotidien – dans lequel tout s’enchaîne de manière assez mécanique et automatique. Te voilà hors de ta zone de confort, le pilote-auto est débranché, tu dois alors faire quelques ajustements. Tu fais plus attention à ta sécurité, à ta santé, à tes finances, globalement tu fais plus attention à toi.

Système D

Tu te rends aussi vite compte que les choses ne viennent pas à toi toutes seules, qu’il va falloir que tu te débrouilles et mettes en branle ce nouvel éco-système autour de toi. No stress, ces petits ajustements sont instinctifs. Et plus tu te débrouilles, plus tu sais te débrouiller (oh c’est profond ça !). Enfin ce que je veux dire c’est que quoiqu’il arrive, tu vas savoir trouver une solution. La débrouillardise, c’est selon moi la meilleure des compétences à avoir pour voyager. Tu es proactif, apprends à communiquer même quand personne ne parle ta langue, tu sais t’organiser, trouver où dormir, comment te déplacer, tu demandes ton chemin à des inconnus… bref tu es dégourdi et autonome.

Découvrir le monde

Un des véritables kiffs dans le voyage c’est la découverte.

Découverte multi-facettes puisque tu vas découvrir à la fois des lieux, des gens, des cultures et modes de vie différents de ceux que tu connais.

Quand tu voyages, tu te fais le cadeau de t’en mettre plein les mirettes, d’être en lien avec les éléments, d’appréhender de grands espaces naturels et/ou urbains, de développer une curiosité et des connaissances sur de nombreux domaines : l’architecture, la gastronomie, la musique, l’art, la danse – pour ne citer qu’eux.

Et de ces découvertes, tu apprends. Tu permets à ton esprit de s’ouvrir, d’admirer, et tu développes un sentiment de respect et d’humilité envers la nature, et envers d’autres cultures.

De mon expérience, la découverte est excitante et addictive. Plus tu découvres, plus ta curiosité est éveillée et plus tu veux en voir. Serait-ce pour cela que les mordus de voyage ne s’arrêtent jamais ?

L’extra-ordinaire

En voyageant, tu vis des expériences qui sont hors du commun. Tu sors de ton train-train, de ta zone de confort, de ton environnement habituel, et tu te retrouves dans un tout autre décor, entouré de personnes inconnues, avec des sonorités, des saveurs et des odeurs étrangères… Dans cette expérience, tous tes sens sont en alerte. Oui, tu es bien vivant.

Je me souviens de moments extra-ordinaires où je me suis sentie toute petite dans de grands espaces naturels comme la Patagonie, de moments singuliers à admirer un lever de soleil sur un temple à Bagan, ou à être émerveillée par des aurores boréales en Laponie.

Apprendre à communiquer, coûte que coûte

En outre, un de mes trucs préférés dans ces découvertes, c’est d’échanger avec les gens. A mon grand désespoir, je ne parle pas toutes les langues de la Terre. Ainsi, dans les situations où personne autour de moi ne parlait anglais, j’ai utilisé consciemment ce que l’on utilise habituellement IN-consciemment ; j’ai nommé : la communication non-verbale ! Bonne nouvelle : on en est tous capables et ça aussi c’est instinctif.

Alors je communique avec les gestes (mon meilleur mime étant la « chicken noddles soup » – je te laisse imaginer ce que ça donne), le regard, le sourire… Finalement ce n’est pas grand-chose, c’est bien utile, et parfois ça provoque des situations loufoques.

Allez, c’est cadeau : en Birmanie, ma première interprétation de « chicken noddles soup » m’a valu un ragoût verdâtre sorti de derrière les fagots – que je n’ai pas pu manger. 🙁

Note pour plus tard : l’astuce, c’est qu’il faut MIMER le poulet.

Se cultiver l’esprit

Globalement, les expériences que l’on vit en voyage permettent de s’ouvrir l’espritEn voyant autre chose, en étant au contact d’autres populations, tu te rends vite compte que ta manière de penser et de vivre n’est pas universelle. Tu peux alors être amené à remettre en question tes considérations, idéaux, et consciemment ajuster certains de tes « paramétrages » ancrés. Evidemment il n’y a pas qu’en voyageant que ce procédé opère ; seulement je pense qu’en voyageant et en étant loin de ton quotidien, tu es moins auto-centré, plus curieux du monde qui t’entoure, et ainsi plus à même de réfléchir et d’évoluer.

Tu vas avoir accès à des réflexions sur ta vie et la manière dont tu la mènes, sur les rapports aux autres, aux finances, au travail, et tous les autres sujets que tu sondes.

Les expériences et les découvertes te permettent également de t’informer et de relativiser. Non, la Colombie n’est pas un pays où on trouve de la drogue à chaque coin de rue ; non le Mexique ce n’est pas le tiers monde ; oui la Thailande a bien plus a offrir que des full moon parties ; oui les Chinois crachent – mais Guess what ? ce n’est pas malpoli là-bas ! (Par contre si toi tu te mouches devant eux, c’est toi qui es dégueu) Et oui, on a de la chance de vivre en Europe, d’avoir accès à l’éducation, aux services de santé… Va, ouvre les yeux, vis, et reviens changé !

« Cela rend modeste de voyager ; on voit quelle petite place on occupe dans le monde. » Gustave Flaubert

Ces dernières années, mes différents voyages ont façonné la personne que je suis aujourd’hui et ont été de puissants boosters pour différentes étapes ou projets. Pour moi, il s’agit d’un véritable enrichissement personnel, ça me fait avancer et ça me change la vie.

Partir pour s’évader

Le sentiment le plus agréable que te procure le voyage, c’est d’être libre.

En effet, tu ne dois pas aller au travail, tu n’es pas obligé de faire ton lit, tu n’es pas attendu quelque part, tu manges quand tu veux … bref, tu n’as pas de comptes à rendre.

Dans les dimensions spatio-temporelles, tu es L-I-B-R-E ! Tu es maître de ton temps, tu n’as pas vraiment de contraintes, tu vas et tu fais ce que tu veux, quand tu veux. C’est libérateur, ça fait un bien fou !

Quand on voyage, on apprécie des choses auxquelles on ne fait même plus attention dans notre quotidien, des choses simples et basiques : manger, dormir, échanger avec des gens, prendre soin de soi, se bouger, lire un livre, jouer aux cartes, courir sur la plage, voir un lever de soleil… On prend le temps de vivre. Ca peut paraître bête dit comme ça, mais on est plus d’un à oublier ce genre de plaisirs dans notre quotidien à 100 l’heure, non ?

Tu fais un break, tu vis le moment présent, et finalement tu permets à ton corps et à ton esprit d’être libres, de s’écouter et de se reconnecter. Tu prends le temps de réfléchir, de remettre en question, d’imaginer, de penser à toi, aux autres, de faire des projets, de rêver. Finalement c’est une véritable introspection. Et ce, couplé aux expériences hors du commun que tu vis en voyage, tu atteins un état de sérénité et de plénitude.

Beaucoup de voyageurs, quand ils rentrent au bercail, sont apaisés, sereins, boostés, ont des idées plein la tête et une motivation pour créer des projets, voire bouger des montagnes. 🙂

Quand tu prépares un voyage, naturellement tu es excité à l’idée de partir, tu tergiverses un peu, tu imagines beaucoup, tu te répètes des scénarios dans la tête, tu te projettes dans des endroits… Et cette excitation monte crescendo avec la date du départ qui approche. C’est exaltant !

Un véritable projet

Le voyage que tu t’organises, c’est un projet à part entière. Un projet que tu crées et que tu mènes à bien – c’est pas rien. Il y a toute une palette de choses à faire, et quelques compétences à développer. Il faut par exemple économiser et gérer son argent, savoir comment on s’organisera sur place pour trouver des transports et des logements, il faut penser à sa sécurité et prévoir ses assurances – médicales notamment – et apprendre à gérer les situations qui ne passent pas comme prévu. Moi qui suis plutôt partisane de l’aventure, je ne pense pas qu’il faille nécessairement planifier, mais plutôt prévoir.

D’ailleurs, si tu as besoin d’un coup de pouce pour gérer ton projet, je propose désormais un service d’accompagnement personnalisé. Je t’aide à formuler ton projet, le gérer de bout en bout méthodiquement, avancer sereinement en t’aidant à surmonter tes blocages et difficultés.

Si c’est quelque chose qui t’intéresse

Et puis quand tu reviens, tu es empli de la satisfaction de l’avoir fait. D’être sorti de ta zone de confort, d’être parti à l’aventure, d’avoir des choses à raconter, et puis…de savoir voyager pardi !  You made it !

C’est une vraie satisfaction personnelle que de ne plus être spectateur de sa vie, mais d’en devenir l’acteur principal.

Apprécier rentrer à la maison

Partir c’est exaltant, mais rentrer à la maison est aussi un vrai plaisir. Finalement, quand tu atteins cet état de sérénité et de plénitude, il y  a un moment où le voyage interne qui s’opère touche aussi à sa fin. Tu te sens bien, en accord avec toi-même, et tu es prêt à rentrer. Je me souviens que sur la fin de mon trip en Asie, il me restait encore 2 semaines de voyage, mais j’étais prête à rentrer. Je crois qu’intérieurement, j’avais atteint la destination que je voulais et j’avais les réponses que je cherchais. Je savais ce que je voulais faire, j’avais hâte de rentrer pour m’atteler à mes nouveaux projets – que j’avais justement construits pendant ce voyage. Je n’étais pas triste de rentrer, car je savais que j’entamais une autre étape de vie dès mon retour. Alors j’ai profité de ces 2 dernières semaines à fond, le bouquet final.

N’étant pas quelqu’un de trop matérialiste, je valorise depuis longtemps les expériences vécues et enseignements appris plutôt que les trucs qu’on s’achète et qu’on accumule, dont on pense qu’ils définiront la personne que l’on est. Ainsi, ces dernières années, j’ai travaillé, économisé, avec toujours comme objectif de me financer des voyages. Pour moi l’argent est un moyen, et l’expérience la finalité.

La boîte à souvenirs

Les expériences que j’ai vécues définissent en partie qui je suis aujourd’hui, mais elles ont aussi générés des centaines de souvenirs. Ces souvenirs je les chéris, c’est un peu ma boîte à bijoux. Certains je les garde pour moi, d’autres je les partage – ça dépend. J’ai à la fois des souvenirs de moments uniques, où j’étais seule, sans caméra pour pouvoir les capturer. Comme cette fois où j’étais la seule étrangère dans un bus au Cambodge où j’ai communiqué avec des enfants en dessinant. J’ai aussi des souvenir partagés avec des amis, comme souffler ma 24ème bougie sur la Muraille de Chine, célébrer le nouvel an à Bangkok, traverser la Patagonie en bus avec mon acolyte de voyage… Et encore d’autres souvenirs partagés avec des compagnons de voyage que je ne reverrai probablement pas de si tôt.

Alors voila, le voyage qui te change la vie, c’est celui qui se voit sur ton visage quand tu rentres au bercail. Tu as ce « truc » nouveau, frais, tu es changé. C’est vrai que tu as bonne mine, mais c’est surtout à l’intérieur qu’il fait beau : tu es aligné avec toi-même, tu sais mieux où tu vas. Potentiellement, tu es déjà en train de penser à ton prochain voyage. 🙂

Voyager est un des meilleurs cadeaux qui tu puisses te faire à toi-même pour découvrir des choses nouvelles et différentes, t’ouvrir l’esprit, être libre et l’apprécier, apprendre à te débrouiller, devenir plus autonome, responsable, et kiffer. Il y a le kiff de partir, le kiff de vivre une expérience unique, et le kiff de rentrer à la maison. Tout ça réunit, ça change vraiment la vie.

Alors, ça te branche ? Perso, je ne peux que t’encourager à partir à l’aventure. Ne serait-ce qu’à y songer, et peut-être un jour te préparer à sauter le pas.  Et si tu as besoin d’un coup de pouce pour te lancer ou pour t’aider à formuler un projet de voyage, je peux t’aider. 

N’hésite pas à partager cet article autour de toi, notamment si tu connais des gens que ça pourrait intéresser ou interpeller. 🙂

Hasta pronto,

Charlie

Si tu veux voir les photos de mes voyages, rejoins moi sur ↓  Instagram  ↓

error: Content is protected !!
felis consequat. dolor. ipsum commodo Curabitur efficitur. Phasellus velit,