fbpx

parlons blogging

Aujourd’hui, je te présente Isis, du blog Les Nouveaux Travailleurs. Un pur produit de la génération Y : slasheuse, elle gère plusieurs projets et activités à la fois ; voyageuse, elle revient d’un trip de 8 mois en Amérique Latine. Il y a 2 ans, Isis est sortie du modèle de l’entreprise classique et du salariat, pour se créer son activité rêvée. Aujourd’hui, elle est blogueuse professionnelle et digital nomade. Sur son blog, elle parle des nouveaux modes de travail : le remote, le slash, et mon sujet favori : le digital nomadisme.

Il y a encore quelques mois, j’ignorais qu’on pouvait vivre du blogging. Ma copine Charlotte m’a parlé d’Olivier Roland et de sa formation Blogueur Pro, et m’a parlé d’Isis qui justement était en train de la suivre. C’est comme ça que j’ai commencé à suivre LesNouveauxTravailleurs.fr. 🙂 J’avais envie d’en savoir un peu plus sur son auteure, sur son expérience en tant que digital nomade, et sur ses conseils pour être assidue et productive dans le travail. Parce que contrairement à moi, on a affaire ici à une pro de la productivité. Je lui ai laissé la parole ici ; bonne lecture.

Derrière « les nouveaux travailleurs », qui est Isis ?

En 2 mots, qui était la jeune Isis ? J’ai grandi dans un village de 6000 habitants près de Montpellier. Quand j’étais plus jeune j’ai pratiqué la danse africaine, de mes 5 ans à 20 ans. Ca m’a aidée à prendre confiance en moi.

Un tic/toc particulier ? Je nuance systématiquement une situation : si elle est positive, j’y vois quand même à redire ; si elle est négative, je vois quand même ce qu’il y a à en tirer de positif.

Si tu avais un super-pouvoir ? Je me démultiplierais pour faire tout ce que je veux simultanément. 

Une personne qui t’inspire ? Avant que je devienne blogueuse, c’était Olivier Roland. C’est lui qui m’a guidée vers mon nouveau métier. Aujourd’hui je dirais que c’est Stanislas Leloup, de MarketingMania. J’aime sa manière de penser, son storytelling, sa précision, et son allocution posée, sans tics de langage. 

Une phrase/mantra qui t’inspire ? On a deux vies et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on en a qu’une” de Confucius. C’est la phrase qui m’a fait quitter mon CDI début 2017, pour partir m’éclater sur mes projets entrepreneuriaux. 

Vivre selon mes envies, pas mes contraintes” … de moi 🙂 C’est la devise que je me suis inventée justement un an avant, quand j’ai réalisé que je ne voulais pas dépendre d’un employeur pour gagner ma vie, et faire ce que je voulais de ma vie.

Un livre qui a changé ta vision sur un sujet ? 80 hommes pour changer le monde : entreprendre pour la planète” de Sylvain Darnil & Mathieu Le Roux. Je l’ai lu en 2014, quand je commençais à m’intéresser à l’entrepreneuriat. J’ai compris qu’il n’y a pas qu’une seule manière d’entreprendre (très “business” et capitalistique), mais qu’on peut également entreprendre dans le but d’impacter positivement la planète et les Hommes. Ca a fait écho à mes valeurs humanistes et écologistes.

Rapport au travail d’une digital nomade

En tant que Digital Nomade, combien de temps travailles-tu par jour ? Je dirais : 7h par jour. Parfois 4h si je décide d’aller visiter l’endroit où je me trouve, ou 12h si je suis méga motivée par un truc en particulier. Je suis plus “lifestyle” que “workaholic” ; j’aime l’idée d’avoir un équilibre. 

A quel moment de la journée es-tu le plus efficace et productive ? Je suis du matin. Plus il est tôt, plus je suis efficace.

Tu es plutôt du genre organisée ou à travailler dans l’urgence ? Organisée ! J’ai des objectifs trimestriels, hebdomadaires, une liste de tâches quotidienne. Je prévois mes tâches la veille, et je fais le point de ma semaine le vendredi. 

Dans tes favoris Web, on trouve : Meuf organisée oblige, on y trouve les outils dont j’ai le plus besoin au quotidien : Gmail, Drive, 7 docs, Google Sheets, ActiveCampaign, Google Analytics, la formation Blogueur Pro, Trello, Pocket, ma page Facebook, mon compte Instagram, ma chaîne Youtube.

Une astuce de productivité quand on est Digital Nomade ? Avoir une routine du matin pour attaquer la journée sans avoir à y réfléchir. Cette routine devient même un repère, où que tu sois. 

Si il n’y avait pas d’argent, quel job ferais-tu ? Je pense que je ferais la même chose : blogueuse professionnelle, mais sans m’encombrer d’une stratégie de monétisation. Je mènerais de nombreux projets simultanément, dans des domaines distincts. Juste créer des trucs qui apportent de la valeur, sans vouloir “en faire quelque chose” (= gagner de l’argent avec).

Si tu passais ton bac cette année, qu’envisagerais-tu de faire à la rentrée prochaine ? J’achèterais un van en Australie, je le retaperais, et ferais le tour de ce vaste pays. Ensuite je continuerais à voyager, puis je me poserais quelque part, près de la plage. Je m’entourerais d’infopreneurs – pour en faire mes mentors, je me formerais en ligne, et je me lancerais directement dans le blogging !

le digital nomadisme, un autre mode de vie

Selon toi, pourquoi être digital nomade (le fameux WHY ?) :

  • Sur l’aspect du voyage : pas besoin d’attendre les vacances ou la retraite pour voyager.
  • Sur l’aspect personnel : pour moi, voyager, c’est sortir de sa zone de confort, ça fait grandir, et c’est un sentiment que j’adore personnellement.
  • sur l’aspect professionnel : à mon sens, ce sont les aspects voyage et développement personnel qui ont une influence positive sur le travail : on a un meilleure équilibre pro/perso.

Les 2 principales qualités pour être DN :

  • Débrouillard : pour trouver où se loger, où acheter sa carte SIM, comprendre comment les choses fonctionnent…
  • Réaliste : être conscient que ce mode de vie comporte aussi ses difficultés, et savoir si on est prêt à les accepter.

Est-il facile de se faire des copains en étant digital nomade ? Oui dans certains lieux très fréquentés par les DN : les espaces de coworking, certains quartiers (El Poblado à Medellin par exemple), les cafés… En dehors de ces endroits, tu rencontres davantage des voyageurs qui ne sont pas digital nomades, et qui restent très peu dans chaque endroit, donc ce n’est pas forcément évident.

T’est-il arrivé de te sentir un peu seule pendant ton expérience ? Non parce que j’étais avec la communauté WiFiTribe pendant 6 mois sur 8. Les 2 autres mois, je me suis fait un groupe d’amis en dehors de WifiTribe. Mais, malgré ça, j’ai vécu dans la peur de me sentir seule et j’ai redoublé d’effort pour créer ces amitiés.

Est-ce facile de gérer les actis pro et perso ? Globalement, j’ai eu du mal à garder du temps pour moi. Tout mon temps passait dans des moment sociaux avec les copains de WifiTribe. Je partageais ma chambre, alors c’était difficile d’avoir vraiment des moments pour moi où je pouvais être tranquille, faire de la musique, lire, me centrer sur moi. 

Est-ce facile de faire du sport quand on est digital nomade ? Si tu es du genre à aller à la salle : oui. Il y en avait partout où je suis allée – à part à La Paz peut-être. Si tu as l’habitude de courir, peu importe le terrain, tu peux aussi faire ça assez facilement partout. Personnellement, j’avais un peu du mal à me motiver, et je n’aime pas la salle, donc je n’ai pas fait assez d’exercice pendant toute cette période. En revanche, j’ai fait plein d’activités ponctuellement : du volley en Bolivie, de la salsa en Colombie, du beach volley au Mexique, du pole dance, du spikeball…

Pour toi le Digital Nomadisme c’est … un mode de vie orienté autour du voyage.

“Voyage” ça veut dire que c’est un mode de vie où on décide de kiffer la vie, de se faire plaisir.

Je trouve que l’aspect pro du digital nomadisme influence beaucoup la manière de voyager. En effet, voyager en travaillant, c’est bien différent du bagpacking « classique ». Lorsque tu dois être productif pour travailler, tu ne peux pas te permettre de mal dormir la nuit (ce qui a été mon cas en auberge de jeunesse), de sortir tout le temps (ce que font beaucoup de voyageurs que tu rencontres), de passer ton temps à faire du tourisme… Tu dois apprendre à gérer ton énergie pour être capable de profiter de la vie tout en restant efficace dans ton boulot. Plus tu bouges, plus tu changes d’endroit, plus ça prend d’énergie.

Est-ce un mode de vie qui te convient à toi ? Absolument, mais je cherche mon équilibre. 

  • Les 6 mois avec WifiTribe étaient trop intenses : j’ai manqué de moments pour moi, et de temps pour développer de nouveaux projets. 
  • Changer de pays tous les mois, c’est trop pour moi
  • Partir 8 mois sans revenir dans ma région, meh.

Quand je repartirai, ce sera donc plutôt dans un format où je pars 4 mois à un endroit,je reviens un peu en France, puis repars 4 mois ailleurs, etc.

Quels sont les enseignements que tu retiens de ce mode de vie ?

  • Cela permet de beaucoup voyager. J’ai découvert 6 pays en 8 mois, tout en travaillant. Difficile d’en voir autant en étant sédentaire en France…
  • En restant longtemps dans chaque endroit, tu peux “sentir” d’avantage l’essence du pays, te familiariser, te sentir chez toi .
  • C’est difficile de trouver son équilibre dès le début, on le trouve petit à petit.

comment être productif pour travailler en voyageant ?

Selon toi, faut-il se créer une « routine » ou « vivre au jour de jour » ? Je préconise d’avoir une routine pour avoir des repères, mais accepter une proposition alléchante si elle n’empêche pas de remplir tes objectifs pro à côté.

Si tu as toi-même une « routine », à quoi ressemble-t-elle ?

  • Routine du matin : visualiser mes objectifs de la semaine et du jour, écrire à mon amie de blogging, post Instagram 
  • Routine du soir : faire le point sur les objectifs que j’ai accompli ou non, pourquoi, 3 leçons tirées de cette journée, objectifs du lendemain.

Voir la version complète >>> ICI <<< 

Des différents blocages que l’on peut avoir – notamment quand on lance son propre projet – lequel te colle à la peau ? J’ai le syndrome de la bonne élève : perfectionniste, j’aime maîtriser les choses, et me donner à fond pour créer le meilleur truc possible. Ce sont des qualités pour créer du contenu de qualité, mais c’est aussi un frein : je retarde certaines choses par peur de ne pas être à la hauteur, que ce que je fais ne plaise pas (ce qui est une forme de peur de l’échec).

Les applis / services indispensables pour voyager comme digital nomade ?

  • J’ai 3 articles qui expliquent quoi faire côté : banque, téléphone, santé.
  • Logement : Airbnb, Booking ou Couchsurfing, selon le type de logement dans lequel on aime aller.
  • Pour le transport :
    • Prendre un billet d’avion de sortie de territoire sur Expedia AVANT de prendre l’avion pour y entrer (car on demande parfois une preuve qu’on va repartir), puis l’annuler dans les 24h, sans frais
    • Uber
    • Maps.me pour avoir des cartes hors connexion
    • Pas indispensable mais utile : Rome2rio pour savoir comment aller d’un point A à B entre deux destinations voyage

Voyage, Voyage 

Ton pays préféré ? Tmtc, il n’y a pas qu’une réponse à cette question ! Mais je pense que j’ai eu une affection particulière pour la Colombie

Ton trip préféré ? A 19 ans, avec 3 de mes meilleures copines, on est parties avec ma petite Peugeot et on a enchaîné les Fêtes de Bayonne et Lloret de Mar en Espagne.

Le meilleur spot pour voir un coucher de soleil ? Santa Teresa au Costa Rica

Un moment gravé en tête pour toujours ? En 2014, j’étais au Costa Rica pour 5 semaines afin d’améliorer mon espagnol. Au début, j’étais complètement bloquée, j’arrivais à peine à sortir un “Hola”. La première semaine, je faisais la fête à Montezuma. J’ai perdu mon pote en soirée, et j’ai tapé la discussion avec plein de gens, en Espagnol du coup. Le lendemain matin, je me réveille sur un banc à la plage, je me dirige vers un groupe de gens, qui n’était autre que mon pote, et des Nicaraguayens. J’ai commencé à parler et là, déclic : je savais parler Espagnol de manière fluide ! Merci le rhum-coca…

Une anecdote de voyage qui te fait marrer ? Quand j’étais à Rio de Janeiro l’an dernier : j’ai voulu commander une bière au serveur et il m’a apporté une fourchette. Le portugais, c’est pas encore ça…

Le voyage de tes rêves ? J’aimerais faire un tour du monde pour aller à la rencontre de personnes inconnues, qui ont des vies difficiles. J’aimerais les écouter raconter leur histoire, et écrire leur biographie.

Retour d’expérience

Qu’est-ce que t’a apporté cette 1ère expérience comme digital nomade ? Pendant ces 8 mois de nomadisme digital, j’ai évolué à plusieurs niveaux :

  • Je connais mieux mes besoins en terme d’équilibre vie pro/perso
  • J’ai appris à faire plus attention à ma manière de communiquer, pour moins heurter les personnes qui n’ont pas l’habitude d’une franchise comme la mienne
  • J’ai appris à m’ouvrir davantage aux locaux qui engagent des conversations un peu partout (surtout en Colombie, ils sont très curieux)

Les leçons que tu en as tiré ? Je continue à penser que le voyage m’est très bénéfique, il me fait grandir dans la bonne direction. J’aime davantage la personne que je suis en voyage et quand je rentre, que celle que je devenais à Paris. 

Quelle est ton ambition pour cette année ? Générer des revenus avec mon blog qui me permettent de recommencer à vivre cette vie de digital nomade.

As-tu trouvé ton Ikigaï ? Un peu plus chaque jour 🙂 Je me sens très alignée et épanouie depuis que je suis devenue blogueuse professionnelle, et a fortiori en ajoutant la dimension voyage. Il y a des points que je dois encore travailler : un revenu qui me convient, mieux organiser ma vie de slasheuse et donner sa place à chaque projet, et dépasser les peurs qui me freinent, afin de faire plus de choses plus vite.

Passer une journée avec toi

On t’entend souvent dire : Beaucoup de détails inutiles dans une histoire

Sur la table du petit-déj, il y a : 2 tartines de la taille d’un tiers de baguette, beurrées au beurre demi-sel, et un grand bol de chocolat au lait

Une soirée parfaite pour toi ça se passe comme ça : Aller à un événement où je rencontre plein de gens cool avec qui j’échange passionnément parce qu’on partage une visions, des valeurs…

Un sujet/mouvement que tu kiffes : Minimalisme

Quand tu scroll sur Insta, tu aimes regarder : Les dessins d’awkwardyeti, des vidéos de gens qui font des rythmes cool à la batterie ou des vidéos d’animaux mignons ou drôles, 

si tu étais…

  • Une saison ? Printemps
  • Un élément ? Feu
  • Un des 5 sens ? J’allais dire la “parole”, mais c’est pas un sens ! Haha. La vue alors.
  • Un jour de la semaine ? Mardi
  • Un moment de la journée ? Tôt le matin, quand le jour a commencé à se lever et que les autres dorment.
  • Un pays ? Cuba
  • Une ville ? Medellin
  • Une qualité ? Détermination
  • Une couleur ? Orange
  • Un animal ? Un singe qui se balade de liane en liane

les trucs à retenir

  • Quand on est digital nomade, la clé c’est de trouver son équilibre entre les tâches pro et le temps pour soi et les activités qu’on veut faire.
  • Le métier de blogueur permet de pouvoir travailler à distance, de voyager, d’être indépendant et de faire vraiment ce qu’il te plaît. 
  • Intégrer une routine automatique le matin permet de se conditionner mentalement et gagner en productivité.

Bon, j’ai encore un peu de chemin à faire à ce sujet… 

Si tu veux en savoir plus sur les différents modes de travail (slash, remote, nomadisme digital) fonce sur LesNouveauxTravailleurs !

Et si comme Isis et moi, tu aimerais pouvoir faire ce qu’il te plaît et te créer un projet qui a du sens, c’est par >> ICI << 

Hasta pronto, 

Charlie

 

error: Content is protected !!
dictum pulvinar libero Praesent porta. eget accumsan id,