fbpx

Hola !

Aujourd’hui de plus en plus de Y choisissent le digital nomadisme comme mode de travail. On veut être indépendant, profiter de la vie et voyager. On veut être flexible, pouvoir travailler quand on veut, d’où on veut, et si possible avec qui on veut. Certains diront que tu veux « le beurre, l’argent du beurre, et la crémière ». C’est vrai, mais comme certains y parviennent, pourquoi pas toi ? 

Alors, le digital nomadisme se fait une place dans le monde du travail pour des gens qui veulent avoir la liberté de voyager, en travaillant pour s’auto-financer. Ces gens là sont entrepreneurs, freelances, ou salariés en remote. J’en ai parlé plus précisément dans mon précédent article.

Le digital nomadisme s’impose comme un nouveau mode de travail, un modèle avec ses spécificités, tant sur les plans du travail en soi, de la productivité, du voyage, et de l’épanouissement personnel. Et de par ces différents aspects, il en devient un mode de vie à part entière.

Le Travail 2.0

Un digital nomad, par essence, bouge fréquemment d’endroit et n’a donc pas de bureau fixe. Tantôt à Barcelone, tantôt à Prague, ou en Thaïlande, le mode de travail d’un digital nomad est assez particulier. Voyons de plus près.

Ultra-connecté

Si dans ton quotidien tu entends 10 fois par jour « t’as pas un chargeur iPhone ?« , dans le milieu des nomades 2.0 tu entends souvent « le wifi est bon là-bas ?« . En effet, l’activité des digital nomades s’effectue essentiellement grâce à Internet ; alors la qualité du wifi devient un critère de sélection radical pour leurs destinations, hôtels, cafés… C’est pas une blague, il existe en ligne des comparateurs qui prennent en compte ce critère, et tu peux aussi voir dans la bio de certains cafés sur Insta, la vitesse du wifi. Ca ne rigole plus. 

Dématérialisation…

Le concept même de digital nomadisme repose sur le fait de voyager tout en travaillant, connecté. Finalement, les barrières s’effacent, la maison d’un digital nomad est en fait…la planète, son bureau c’est son ordi, et tout ce qu’il possède ou produit se trouve dans le Cloud. L’ère du numérique, c’est l’ère de la dématérialisation. Tu peux accéder à toute l’information, la musique, les boutiques en ligne, et échanger avec ta famille, amis, collègues, ou clients, connecté depuis n’importe où. Alors, dématérialiser le travail, why not ? Il existe des entreprises comme Doist qui travaillent exclusivement avec des digital nomades – c’est le tur-fu. 

… vs Matériel

Puisque tout est dans le Cloud, le matériel de travail d’un digital nomad, est très minimaliste. Tu as besoin d’un ordi, point. Evidemment, celui-ci se doit d’être performant puisque c’est ton unique outil et que tu fais tout dessus. En outre, selon les métiers, tu as besoin de matériel supplémentaire : une tablette graphique, un appareil photo… Mais il ne faut pas oublier de voyager léger. 🙂

productivité

Quand tu es freelance ou entrepreneur, tu n’as pas la sécurité de l’emploi. Pour un freelance qui vend son temps, l’équation est simple : si tu travailles, tu es rémunéré, et sinon, non. Cela implique d’être productif et organisé pour optimiser ton temps, et donc tes revenus. La discipline et la rigueur sont de mise, c’est pourquoi on adopte différentes méthodes et outils de travail que l’on se refile entre freelances : la méthode Pomodoro, les applications pour bloquer les distractions, les planificateurs de tâches et les « to do » listes, ou encore les outils pour l’esprit comme la méditation, ou la tenue d’un journal.

Money money money

Si pour certains, l’argent est le point noir de ce mode de vie, il faut pourtant voir les bons aspects : tu gagnes ta vie en fonction de ton activité, c’est très gratifiant, et ça peut te stimuler à te dépasser (travailler plus pour gagner plus ou travailler mieux pour facturer plus). Evidemment les revenus des nomades ne sont pas tous les mêmes : cela dépend de ton industrie, du marché, de tes services, de tes compétences… de ton activité au global. Un freelance, un entrepreneur et un salarié remote ne sont pas rémunérés de la même manière. En revanche, comme dans la « vraie vie », tous adaptent leurs dépenses à leurs revenus : lieu, mode de vie, activités…

Rapport au travail

La vie d’un digital nomade est ponctuée par son activité professionnelle, mais aussi par ses envies et choix personnels. Autrement dit, tu peux décider de travailler quand tu veux, d’où tu veux… tu te crées ta routine et ton environnement de travail. Tu choisis ton activité selon tes compétences, voire tes passions, tu peux aussi choisir les gens avec qui tu travailles (collègues, clients). C’est le summum du kiff en terme de liberté

Puisque tu tailles sur mesure les conditions qui te conviennent, ton rapport au travail est plus sain. Et il n’y a pas de secret : quand tu fais ce que tu kiffes, le travail est aussi une source d’épanouissement.

Comme mentionné plus haut, il faut être discipliné dans son rythme de travail pour être productif. La clé, comme toujours, est d’avoir un bon équilibre quotidien pour combiner les activités pro et perso. Il faut aussi s’autoriser des jours off. Tout est une question d’organisation personnelle, mais pour ma part, je me cale sur des horaires « normaux », ça me permet de ne pas vivre trop en décalé.

à mi-chemin entre le voyage et l’expatriation : le digital nomadisme 

Le baroudeur connecté dont je parle tant, n’est pas un alien. Dans certaines villes, le digital nomadisme n’est plus un concept, c’est un véritable business : les espaces de coworking poussent comme des champignons ; et sur le Net les plateformes de freelances se développent – à 2 chiffres. Le digital nomadisme est en train de modifier certains business modèles du voyage, du bureau, ou … des cafés (oui oui). 

Où vivre ?

Puisque les digital nomades se créent un système qui leur permet de travailler en voyageant, ils ont le luxe de pouvoir choisir leur « home sweet home » du moment. Et quitte à choisir, autant aller là où ça te fait kiffer : au soleil, au bord de la mer, dans une ville sympa ou dans un endroit reculé… Aujourd’hui, pour gagner correctement ta vie, il est AUSSI possible de ne pas vivre dans une grande ville polluée où presque 2/3 de tes revenus passent en charges fixes. 

Pays à bas coûts

La plupart des digital nomades se rendent dans des destinations où le coût de la vie est plus faible que dans leur région d’origine. Le concept du digital nomadisme, comme je l’évoquais dans mon précédent article, est de se créer une équation où ton niveau de vie est bien inférieur à ce que tu gagnes. C’est notamment cette équation qui te permet de palier à la précarité de ce mode de travail et d’anticiper les périodes où tu ne travailles pas.

Villes « digital nomad friendly » 

In fine ce que l’on constate c’est que les digital nomades sont assez concentrés dans des endroits où il fait bon vivre, où c’est safe, où le coût de la vie est abordable, où l’Internet est bon (CQFD), où il est facile de rencontrer des gens (locaux et/ou digital nomades), et où il est possible de bouger facilement pour visiter. 

Il y a des spots regroupant ces caractéristiques, qui sont prisés des baroudeurs 2.0. Parmi eux, on retrouve notamment : Chiang Mai, Bali, et Ho Chi Minh en Asie, Prague, Budapest et Barcelone en Europe, et Medellin, le Costa Rica et le Mexique en Amérique Latine. Ces destinations sont des endroits où il y a de bonnes infrastructures, où il fait bon vivre (climat, ambiance, sécurité), et où le niveau de vie est très abordable pour des porte-monnaies « occidentaux ».

Le site de référence pour les nomades c’est nomadlist.com, un site qui répertorie de nombreuses villes et les note selon des critères très précis. Idéal pour évaluer où sera ta prochaine « home sweet home ».

Trouver un toit

S’installer dans une nouvelle ville, ça veut aussi dire trouver un toit. Certains prennent des apparts sur AirBNB, d’autres trouvent des collocs grâce à des groupes Facebook (de locaux ou de digital nomades), certains préféreront être en auberge de jeunesse ou en appart’hotel… le choix est assez vaste. Tout dépend de combien de temps tu veux rester, et – comme pour tout – de comment tu veux vivre et de ton budget. Aujourd’hui on voit même un nouveau type d’hébergement : le co-living. C’est comme le co-working, mais c’est pour vivre. Je ne plaisantais pas quand je disais qu’il existe de nouveaux business modèles. 😉

Minimalisme

Etre nomade, ça sous-entend vivre dans un sac a dos. Enfin, pas « littéralement » dedans, mais tu m’as compris, non ? Tu emportes donc peu de choses, juste l’essentiel. Eh oui, être digital nomad, c’est aussi être minimaliste, et ça fait du bien. Je posterai dans quelques jours la checklist de ce qu’on met dans 23kg de bagages – notamment quand on voyage sur une longue durée. Stay tuned 😉

Où travailler ?

Quand tu es nomade, que tu veux être efficace dans ton taff, avoir un bon équilibre entre tes tâches pro et tes activités perso, il peut-être de bonne augure de travailler depuis un espace de co-working. Cela peut être un bureau partagé, un café, un catamaran, un van, et même un wagon du trans-Sybérien. Là non plus je ne plaisante pas, c’est un vrai business qui existe.

Plateformes en ligne

Il y a différentes plateformes en ligne qui peuvent t’aider à trouver le bon spot selon différents critères, à commencer par la ville où tu te trouves. Voici celles que j’utilise : Coworker et Workfrom. (n’oublie pas de checker la vitesse du wifi ;))

Espaces de co-working

Dans des villes comme Barcelone, on voit les espaces de co-working se multiplier. Pas étonnant, il y a de la demande. Entre les digital nomades, les start-ups… ça en fait du monde. Et il faut dire que c’est attrayant : c’est joliment décoré, l’ambiance est dynamique, le café est gratuit et il y a des gens de différentes nationalités. Etre dans un espace partagé, c’est vraiment cool car ça permet d’être entouré – de surcroît par des gens qui ont le même mode de vie que toi. C’est stimulant. D’ailleurs, certaines rencontres peuvent s’avérer intéressantes pour développer ton activité (graphiste, juriste, web designer…). 

Pour les salariés en remote, c’est aussi une bonne option car ça coûte moins cher qu’un bureau indépendant. Tout est déjà sur place, et c’est un abonnement pay-as-you-go, donc hyper facile à moduler/résilier. 

Alternatives

Certains digital nomades préfèrent travailler depuis leur « maison » du moment. Cela leur permet d’éviter les coûts supplémentaires, c’est pratique et fiable. En effet, l’option café ou co-working ne convient pas à tout le monde : parfois il n’y a pas de place, il y a du bruit, … et à force de boire des cafés, moi je palpite.

Mais aujourd’hui, tant que tu as accès aux Internets, tu peux envisager ton propre mode de travail. En effet,

  • Pourquoi ne pas travailler depuis ton van et bouger chaque jour ?
  • Et si tu rejoignais une tribu de nomades (digitaux, hein) comme Wifitribe pour voyager ensemble ?
  • Ou si tu faisais une « retraite entrepreneuriale » avec Mangrove ?
  • Et pourquoi pas t’installer quelques temps dans une co-living écologique ?

Les options sont nombreuses, les concepts et business models fleurissent chaque jour, et ça j’adore. 🙂

Où rencontrer des gens ?

Certains n’osent pas se lancer à l’aventure, de peur d’être seul. C’est vrai que quand on ne travaille pas dans un bureau « classique », on peut se sentir isolé et seul. :/

Déjà, peut-être il y a-t-il quelqu’un de ton entourage qui, secrètement, a aussi envie de se lancer ? Pour le savoir, tu peux partager cet article sur tes réseaux sociaux, comme ça tu verras à qui ça parle. 🙂 Et puis à moi ça me fait un peu de pub, tranquille. Hehehe. Par contre juste un truc, c’est quand même un choix de vie d’être digital nomad… donc il vaut mieux ne pas forcer quelqu’un s’il n’en a pas envie à 200%. 

Si non, ce n’est vraiment pas un problème. Au contraire. En étant Digital Nomad, il y a de fortes chances que tu rencontres d’autres nomades 2.0 sur la route, mais surtout que vous vous retrouviez dans les mêmes endroits (on en revient toujours à la puissance du wifi…). Il existe de nombreuses communautés de voyageurs, freelances, entrepreneurs, digital nomades, expatriés… que tu peux rencontrer à des événements de networking, où au travers de certaines activités (sport, hobbie, culture). Il existe différentes plateformes sur lesquelles c’est super facile de rencontrer des gens :

  • Shapr pour des rencontres pro
  • Les groupes Facebook selon les thématiques, intérêts, besoins…
  • Meet-up pour faire différentes activités en groupe (yoga, photo, cours de langue, salsa, voile…)
  • Tinder pour te faire de nouveaux… copains

Et puis il y a les rencontres inopinées, évidemment. Ca, c’est la magie du voyage… 🙂

Profiter

Tu l’auras compris, le but du digital nomadisme, c’est de travailler tout en découvrant le monde. C’est se créer un système afin de profiter de la vie.

Pour moi, être digital nomad, c’est à mi-chemin entre le voyage et l’expatriation. Tu bouges d’endroit fréquemment, tu découvres, mais tu dois aussi te poser pour travailler. Alors forcément, tu dois voyager un peu plus lentement qu’un bagpacker. Et ça, ça porte un petit nom : ça s’appelle le slow-travel.

Il faut reconnaître que bouger tout le temps, s’adapter, prendre ses marques, et repartir, ça peut vite user. C’est pourquoi je pense qu’il vaut mieux se poser dans un pays quelques temps, prendre le temps de découvrir vraiment l’endroit, de rencontrer des gens, de profiter de ce qu’il y a ici, plutôt que de se précipiter constamment vers la prochaine destination.

Au passage, ça permet de voyager moins cher, et plus écologiquement (bus vs avion, par exemple) 😉

épanouissement personnel

Pour moi, le digital nomadisme, est un nouveau mode de travail, qui vient remplir mes attentes en termes d’indépendance et liberté. Quoi de mieux que travailler, tout en kiffant et en voyageant ? C’est le feu. Si c’est un choix que de nombreux jeunes travailleurs font, c’est aussi parce qu’au-delà du kiff, on trouve l’épanouissement. Et ce, à la fois dans tes activités pro et perso. 

entrepreneur de ta vie

Quand tu deviens digital nomad, tu prends vraiment ta vie en main, et tu mets en place tout un système pour arriver à ton objectif. Ce n’est pas rien, ça demande un peu de méthodologie, de la motivation et un zeste de rigueur. En effet, tu décides de sortir du schéma classique : tu te formes, tu testes tes idées, tu établis ton activité en ligne (statut de freelance, entreprise en ligne, etc), et tu dessines ton programme personnel (où tu vas aller, comment tu veux vivre, etc). Tu ne dépends de personne d’autre que toi et tu es libre de te créer ta vie rêvée et ton mode de vie.  

Responsabilité de soi

Evidemment, ce nouveau statut d’indépendant te confère une certaine responsabilité envers toi-même. A la fois parce que tu n’as pas la sécurité de l’emploi, tu dois gérer différentes choses, t’adapter, être productif…

Finalement c’est un accélérateur de maturité. Tu apprends beaucoup, tu grandis, et surtout tu t’auto-responsabilises

rapport au travail

Dans le schéma du nomadisme digital, le travail est un moyen de voyager, sur la durée. Tu retrouves un rapport sain au travail où celui-ci devient un moyen pour vivre, et non plus la finalité de tes journées. Ca peut paraître bateau dit comme ça, mais si tu te lèves le matin en sachant que tu vas travailler pour pouvoir profiter d’autres choses à côté (voyages, découvertes, hobbies, …) tu es forcément bien plus efficace et productif. Et si en plus tu exerces une activité qui te plaît, dans laquelle tu apprends et progresses chaque jour, c’est le combo gagnant de l’épanouissement pro/perso.

Liberté

Un des principaux avantages de la vie de nomade, est la liberté. Tu es libre de voyager où tu veux, quand tu veux, et avec qui tu veux. Tu peux décider de planifier, ou alors de te laisser porter par les rencontres, les opportunités, les envies… Le voyage est selon moi un puissant outil d’épanouissement – j’en avais parlé dans cet article d’ailleurs. 

Quand tu bouges beaucoup, tu peux te ré-inventer dans chaque nouvel endroit (bon je ne dis pas qu’il faut s’inventer une vie, hein). Il te faut t’adapter, sortir de ta zone de confort, expérimenter, aller vers les autres… C’est cool de pouvoir « recommencer » à zéro dans un nouvel endroit, tu peux décider d’être une meilleure version de toi-même à chaque nouvelle étape. 🙂 

vivre le moment présent

On ne va pas se le cacher, la vie de nomade, ce n’est pas de tout repos. Tu travailles, tu visites, tu bouges… mais on ne va pas s’en plaindre.

Je me souviens me sentir comme étouffée, frustrée, enfermée dans un bureau… un vrai zombie. Alors oui, quel kiff que de pouvoir en effet travailler, visiter, bouger….! Comme dirait Céline Dion : I AM ALIVE ! Etre maître de sa vie, et se sentir vivant, c’est un peu ce qu’on cherche tous, non ?

Se cultiver

Puisque tu es responsable et maître de ton emploi du temps, c’est toi qui décides de prendre du temps pour ton développement personnel. Plus d’excuse, tu n’as même plus la contrainte des longs trajets quotidien en métro !

Et ce temps précieux, tu peux le consacrer à de nombreuses activités – si possible loin d’un écran. Tu prends le temps de lire, d’apprendre, de développer tes passions et centres d’intérêts… En fonction de où tu es et avec qui, tu vas t’ouvrir à de nouvelles pratiques, cultures (surf, yoga, méditation, dessin, photographie, langues…). 

En voyageant, tu te cultives énormément. Tu en apprends sur toi et sur les autres. C’est une expérience en 4D où tous tes sens sont en éveil. Et en étant au contact de la population locale, tu appréhendes plus facilement le patrimoine historique, culturel, les modes de vie… C’est un véritable cadeau que tu te fais que de pouvoir t’enrichir, développer ta créativité, et grandir intérieurement. 

connexion

Evidemment, tout ceci te permet de te (re)connecter à toi-même. Finalement le digital nomad, c’est quelqu’un d’hyper-connecté, qui est déconnecté des modèles classiques de travail, et très connecté à soi-même. Waow

Le fait de sortir des sentiers battus pour mieux se connecter à soi-même, j’en ai parlé dans un article sur l’année sabatique >> ici

Dans le voyage, tu es aussi amené à te connecter aux autres. Que ce soit pour demander ton chemin, pour jouer aux cartes où pour aller boire un verre, tu rencontres de gens. C’est important de savoir décrocher des écrans et des réseaux sociaux virtuels, pour s’enrichir de nouvelles rencontres, connecter vraiment et profiter de l’instant présent.

le mot de la fin

Aujourd’hui, dans le village Planète, on peut passer d’un hémisphère à l’autre en quelques heures d’avion, on peut se connecter en quelques secondes à toute l’information depuis une bestiole connectée. Puisque le travail de digitalise et se dématérialise, aujourd’hui il n’est plus impossible de travailler, connecté, depuis n’importe où.

Je trouve que le digital nomadisme est un super mode de travail, qui permet d’allier vie pro et vie perso à ta guise. Pour moi, pouvoir entreprendre tout en voyageant, c’est l’apogée du kiff et de l’épanouissement. Je suis heureuse de faire partie de la génération Y qui, à l’ère numérique, peut se créer cette vie de nomade 2.0, de pouvoir être libre et indépendante.

Être digital nomad c’est un mode de travail, certes ; mais comme je te l’ai expliqué ici, c’est aussi un mode de vie à part entièreAujourd’hui le freelancing, le digital nomadisme se développent de plus en plus, et je suis intimement convaincue qu’il ne s’agit pas d’une lubbie, mais véritablement un modèle vers lequel on va. L’ère Internet chamboule de nombreux business modèles, et en créent bien d’autres – pour le meilleur ou pour le pire. Perso, je prends le meilleur.

Tu penses que c’est un concept un peu fou ? inaccessible ? Si tu souhaites te lancer à l’évaneutça te branche, je détaillerai dans un prochain contenu, les différentes manières pour lancer ton activité, et les étapes pour devenir toi aussi digital nomad. 

Si toi aussi tu veux te lancer à l’aventure, je peux t’accompagner dans ton projet. Que ce soit sur les aspects pratiques du voyage, de ton activité professionnelle, ou sur les points bloquants.

Que tu en sois à l’étape du rêve, de l’idée ou du projet, parlons-en >>> ici <<<  

Et n’hésite pas à partager cet article autour de toi, tu dois bien avoir un copain qui rêve de se lancer à l’aventure. 🙂

Hasta pronto,

Charlie

Le Digital Nomadisme, c'est un mode de vie qui te plairait ?

View Results

Loading ... Loading ...
error: Content is protected !!
id, quis, sit nec massa Donec luctus pulvinar libero risus non