fbpx

Depuis quelques années, on voit fleurir en ligne de nombreuses plateformes proposant du travail « en remote », c’est à dire « à distance » ou « de n’importe où ». On voit pousser des espaces de coworking dans des villes ensoleillées, hyper connectées. On voit des jeunes actifs gagner leur vie du bout de leur téléphone, dans des endroits qui s’apparentent de moins en moins à des bureaux « classiques ». Bref, un nouveau type de travailleurs se fait sa place dans le marché du travail – j’ai nommé : les digital nomades

Pour certains ils sont des OVNIS, pour d’autres (dont moi) ils sont des modèles à suivre. Alors, qui sont -ils vraiment ?

Un peu de contexte

Le digital nomadisme est un nouveau mode de travail, qui n’existerait pas sans l’ère Internet. Plus qu’une lubie, il s’agit d’un cocktail sur-mesure pour les Millenials en réponse à leurs besoins profonds. Voyons de plus près.  

L’ère numérique

D’après le philosophe Michel Serres, nous vivons aujourd’hui « la 3ème plus grande révolution de l’Humanité ». Après l’invention de l’écriture et de l’imprimerie, l’ère du numérique dans laquelle nous vivons aujourd’hui est en effet une véritable révolution sur bien des aspects. Et le monde comme nous le connaissons, régi par des règles d’un autre temps, est en pleine mutation.

Grâce à nos bestioles connectées, bien des services sont désormais accessibles en ligne, on connecte virtuellement avec des gens du monde entier, et on peut avoir toutes les informations que l’on souhaite en temps réel.

Un monde du travail en mutation

Cette révolution impacte naturellement le monde du travail. Grâce aux nouvelles technologies, on voit apparaître des nouvelles compétences sur le marché de l’emploi. Et dans certains milieux comme le digital, elles deviennent très spécifiques. On voit par exemple des développeurs qui se spécialisent dans certains langages, des analystes spécialisés précisément sur un levier d’acquisition de trafic, ou encore des marketeurs spécialisés sur un réseau social…

Aujourd’hui les entreprises recrutent : une personnalité et un porte-feuille de compétences. Evidemment que l’expérience compte…! Mais disons ce qui est : aujourd’hui les métiers et les compétences dans le digital évoluent tellement rapidement, qu’avoir de l’expérience sur quelque chose de tout nouveau est … techniquement impossible.

Les Millenials, ces aliens 2.0

Cette « révolution » a évidemment un fort impact sociétal. On nous a mis dans la classe des Millenials parce que contrairement à nos générations aînées, nous avons grandi avec le numérique. On a joué à Adibou, on a tchatté sur MSN, « laissé des coumz » sur des Skyblogs et MySpace, et maintenant on consulte nos cycles du sommeil grâce à nos bestioles.

Mais outre notre rapport au numérique, notre rapport au travail est aussi bien différent que pour nos aînés. Aujourd’hui pour beaucoup d’entre nous, la question vie pro/vie perso n’est pas un débat : ce n’est pas l’une ou l’autre, c’est les 2. Nous les Y – comme on nous appelle – on veut de la liberté et de l’indépendance. On veut pouvoir travailler quand on veut d’où on veut, on veut mettre fin au diktat du présentéisme, on veut pouvoir kiffer notre taff et apprendre chaque jour. Sorry, not sorry.

C’est marrant parce que quand j’ai commencé à m’intéresser au sujet il y a quelques années, je lisais que nous les Y, on faisait un peu suer en entreprise, avec nos paradigmes arrogants, etc… Et que ça allait passer. Erreur mon cher Watson. C’était sans penser que nos petits frères, les Z, allaient nous emboîter le pas, encore plus franchement.

Alors depuis quelques années, on voit un nouveaux genre de travailleurs. Ceux qui veulent l’option VIP en terme de liberté, qui veulent travailler pour eux, à leur compte, et ne pas avoir d’obligations spacio-temporelle pour travailler. Et ils n’ont pas peur de le dire – par dessus le marché ! Ce sont eux aussi qui veulent donner du sens à leurs journées, et travailler grâce à leurs compétences et/ou passions, dans une activité qui leur plaît vraiment. Ce sont ceux qui posent leur dem’, deviennent freelance ou entrepreneur.

Voyage, Voyage…!

Outre le fait que ce soit une niche, ces gens là on ne les voit pas beaucoup en vrai. Ils sont partout sur le Net, mais on ne les croise pas dans le métro. Eh non, parce qu’en fait ils sont sur d’autre latitudes… Ils sont à Bali, à Barcelone, au Costa Rica… Ils travaillent sur leur ordi, ultra-connectés, et profitent de la vie dans des endroits qui leur plaisent. Ils se créent la vie qu’ils veulent vivre, travaillent et voyagent. Eux, on les appelle les Digital Nomad.

qu’est-ce qu’un Digital Nomad ?

Un digital nomad est, par essence, un travailleur connecté (d’où « digital »). Il travaille donc sur son ordi, connecté aux Internets et aux personnes avec/pour qui il travaille au quotidien.

Tu me diras, des gens qui travaillent sur leur ordi, il y en a partout. La spécificité d’un digital nomad est en fait de travailler, connecté depuis n’importe où dans le monde. Un digital nomad ne va donc pas au bureau chaque jour comme toi et moi, mais travaille quand il veut, d’où il veut. Ses compétences sont digitales, il a donc besoin de sa tête, de son ordi et d’une bonne connexion WiFi.

Etre digital nomad c’est un peu être à la croisée des mondes entre un travailleur « classique » et un bagpacker : tu travailles en voyageant.

Il existe 3 principaux cas de figure quand tu es digital nomad :

  • tu es freelance
  • tu es entrepreneur (du Web essentiellement)
  • tu es salarié en « remote » (= à distance)

Les Digital Nomades n’ont donc pas de lieu de travail défini. Ils bougent ponctuellement d’endroit, à leur rythme. Naturellement la durée et l’endroit est propre à chacun. Certains aiment bouger tous les mois, d’autres tous les 3 mois… En termes de flexibilité et d’indépendance, on est sur un bon score ! 😉 (et c’est là tout le but de la manoeuvre)

Même si ce phénomène n’est pas encore très répandu, le monde digital axé sur les compétences vers lequel nous évoluons, permet à cette nouvelle catégorie de voyageurs-travailleurs 2.0 de grandir. Si tu les cherches, tu les verras  essentiellement dans des cafés ou des espaces de co-working. 😉

C’est Pour qui ? 

J’étends parfaitement que ce mode de travail ne peut pas convenir à tout le monde, soit parce que ton métier ne s’y prête pas, soit par manque d’intérêt ou de conviction. Il y a différents aspects qui motivent quelqu’un à devenir digital nomad, parmi lesquels : 

L’Aspect perso :

Certains parlent d’une « crise existentielle », d’autres disent vouloir « donner du sens » à leurs journées, à leur vie. Quand on veut devenir digital nomad c’est parce qu’on décide de renverser la vapeur : de ne plus vivre pour travailler, mais de travailler POUR vivre.

Tu travailles, tu gagnes ta vie, et tu profites à fond : tu voyages et tu kiffes. Tu travailles quand tu le décides, tu surfes quand tu veux, tu rencontres des gens de partout, tu apprends des nouvelles langues… Bref, un super moyen de travailler tout en t’épanouissant personnellement.

En revanche, ce mode de vie est plus ou moins adapté à différents moments de ta vie. Il faut dire qu’il est plus facile de te lancer comme digital nomad lorsque tu es en début de carrière, que tu es mobile, et sans trop de contraintes. Mais rien n’empêche de le faire pendant les études, quand tu as une famille, où que tu es à la retraite…! 🙂

L’Aspect voyage : 

Naturellement, un digital nomad a une certaine appétence pour le voyage. Etre nomade, ça veut dire bouger régulièrement, découvrir de nouveaux endroits, des modes de vies et cultures différentes… Comme pour n’importe quel voyage, il faut s’adapter.

Dans le concept même du digital nomadisme, le but est de voyager, le moyen est de travailler. C’est à mi-chemin entre le voyage bagpack et l’expatriation : tu bouges et tu découvres beaucoup, et en même temps, tu t’installes pour un temps dans chacun des endroits (tu trouves un logement, un espace de travail, tes repères, etc).

L’Aspect travail :

Devenir digital nomad, ça ne veut pas dire devenir hippie et partir à l’autre bout du monde. Les digital nomades sont selon moi des entrepreneurs de leur vie. Ils se créent pour eux-même un système, un statut, et un moyen de gagner de l’argent pour pouvoir vivre la vie qu’ils veulent. Ce n’est pas rien et il faut s’en donner les moyens.

Tu l’auras compris, pour être digital nomad, il est préférable d’avoir des compétences « dématérialisées » – autrement dit que tu exerces en ligne et sans besoin de présence physique. C’est en cela que réside l’essence même du digital nomadisme. Aujourd’hui il y a de nombreux métiers que tu peux exercer de la sorte (et il y en a de nouveaux qui se créent chaque jour), comme par exemple :

développeur, designer (graphic, UX/UI ,…), tous les métiers du digital marketing (analyse, stratégie et contenu), entrepreneurs du Web en e-commerce, coaching, consultant,  influenceur, vidéaste, photographe, ou encore journaliste, traducteur, artiste…

Les digital nomades sont pour la majorité des freelances, qui ont leurs clients dans leur pays d’origine, et réalisent pour eux des missions spécifiques selon leurs compétences. Le concept est de gagner ta vie ainsi et de voyager dans les pays que tu souhaites – où idéalement le coût de la vie est moins cher. C’est cette équation financière qui permet de tenir dans la durée, de pouvoir voyager dans de nombreux endroits et d’avoir un matelas de sécurité financière pour les périodes creuses où tu ne travailles pas.

Comme tout chose, le digital nomad qui parcourt le monde, a aussi son lot de difficultés. Il faut bien avoir en tête que ce type de travailleurs est en situation précaire. Il n’y pas de sécurité de l’emploi, ni avantage sociaux, etc. C’est pourquoi il ne faut pas te leurrer, et savoir ce qui te convient à toi. Si l’indépendance est le Grâal pour certains, ne pas avoir de cadre peut-être angoissant pour d’autres. Si tu es freelance depuis Bali, il est évident que tu ne vois pas quotidiennement tes clients et/ou collègues ; il faut être sûr d’être OK avec l’autonomie, voire l’isolement. 

Dans l’ère numérique dans laquelle nous vivons, les techologies viennent bousculer notre monde, et notamment le monde du travail et notre rapport à celui-ci. Pour nous les Y qui cherchons notre Why ?, le digital nomadisme se présente comme le nec-plus-ultra de l’indépendance, de la mobilité, et du kiff. C’est un cocktail exotique entre l’expatriation, le voyage et l’entrepreneuriat.

C’est une aventure extra-ordinaire que tu peux t’offrir, à condition que ça te botte vraiment évidemment. Dans un prochain article, je te donnerai la recette pratique pour devenir toi aussi digital nomade en quelques étapes simples. 

Mais la première question qu’il faut te demander c’est : 

Est-ce que le digital nomadisme te plairait ?

View Results

Loading ... Loading ...

N’hésite pas à partager cet article autour de toi, tu as peut-être des copains qui eux aussi veulent se lancer à l’aventure. 😉

Hasta pronto, 

Charlie

error: Content is protected !!
dolor Praesent ultricies neque. et, nunc Lorem leo Sed elementum odio