fbpx

J’ai de la chance de compter parmi mes copains des gens swag, qui se bougent, et qui prennent leur vie en main pour réaliser leurs rêves de voyage. Aujourd’hui je te présente Pauline, ma copine serial-expat.

Pauline et moi on partage notre passion pour le voyage. Le voyage comme je l’entends ici sur Charlie Tuktuk : celui qui changera ta vie, les roadtrips de plusieurs semaines, et l’expatriation. On s’est rencontrées pendant nos études, et aujourd’hui on a une philosophie de vie assez similaire : on adore la France, mais on préfère vivre à l’étranger pour le moment. Toutes les deux, on se débrouille pour se créer les opportunités de vivre à tel ou tel endroit selon nos ambitions professionnelles et personnelles. Bref, on se débrouille pour vivre nos rêves de voyage. 

Qui est Pauline ?

La semaine dernière, quand je prenais l’apéro, Pauline finissait son petit-déj. On s’est eues au téléphone pendant un bout de temps, on a parlé voyage et expatriation, et je me suis dit qu’il fallait absolument que je te la présente !

Récemment Pauline a emménagé à Vancouver « pour se rapprocher de la France ». Je l’ai fait répété plusieurs fois, mais c’est vraiment ce qu’elle m’a dit. Ah oui, parce qu’il faut que tu saches : on a affaire à une sérial-expat ici. Je lui ai laissé la plume pour cet article. 🙂

 

Avant de vivre d’un bout à l’autre de la Terre, où as-tu grandi ? Je suis née et ai grandi à Reims, au pays du Champagne. Je suis ensuite partie étudier à Lille, au pays de la bière cette fois. J’ai passé toutes mes vacances dans le Sud – d’où mes parents sont originaires (Toulouse). 

Un sport favori ? J’ai fait beaucoup de judo jusqu’à mes 16 ans, mais depuis j’ai troqué mon kimono pour des runnings. J’essaie de faire quelques courses officielles (semi et trail), mais courir c’est surtout pour moi un bon moyen de découvrir des endroits sympas.

Que fais-tu dans la vie ? Ça fait quelques années que je travaille dans le Marketing Digital. 

Aujourd’hui, sur quelles latitudes peut-on te trouver ? Je viens tout juste de débarquer au Canada, à Vancouver. On s’y installe pour quelques années avec mon copain, Matthew. 

Le virus du voyage

La première fois

La première fois que j’ai vécu à l’étranger c’était en Australie, lors d’un échange universitaire. J’avais 19 ans et ça me paraissait un peu surréaliste, car je n’avais jamais vraiment quitté la France pour plus de 2 semaines. Je pensais y passer 6 mois, puis rentrer en France, y poursuivre mes études, obtenir un Master, acheter un appart, me caser… Et puis, ça ne s’est pas vraiment passé comme prévu ! 🙂

c’est en fait là que tout a commencé…

Après mon échange en Australie, je suis partie au Canada pour mon stage de fin d’études. Une fois mon diplôme en poche, j’ai travaillé quelques mois en France afin de financer mon premier Working Holiday Visa en Australie. Me voilà donc repartie à l’autre bout du monde, pour 2 ans cette fois.

Après l’Australie, direction la Nouvelle Zélande ! Avec Matt, on y est restés 3 ans, et on a obtenu le statut de résidents. 

Récemment, on s’est installés au Canada, pour se rapprocher de la France. 🙂 Par rapport à la Nouvelle Zélande, je t’assure que c’est bien plus près ! On a un visa de 2 ans, et on espère obtenir la résidence dans les prochains mois. 

la serial expat

C’est quoi le plus dur quand on est expatriéLes visas ! Ça peut vite tourner au casse-tête. Il faut être organisé et prévoir à l’avance certaines démarches et dépenses. 

Le plus ouf ? Les rencontres !

Ton endroit préféré où tu as vécu ? La Nouvelle Zélande, sans hésiter !

Pour toi, à quoi ressemble la colloc’ idéale ? Une colloc mixte, avec différentes nationalités, des profils divers mais qui se complètent, et une maison sympa avec une grande pièce à vivre et… du bon vin.

Des pays que tu connais, quelle mentalité te convient le plus ? La Nouvelle Zélande, encore une fois. Les Kiwis sont hyper accueillants, et la qualité de vie y est incroyable. 

Douce France…

J’ai quitté la France il y a 9 ans et je n’ai pas vraiment eu envie d’y retourner. A dire vrai, l’opportunité ne s’est pas vraiment présentée… 

J’essaye de revenir tous les ans pour voir ma famille et amis, et pour manger de la raclette 3x par jour ! Pour autant, je ne pense pas m’y installer dans les prochaines années. Pour le moment, Matt ne parle pas assez bien français pour y trouver un travail, alors la question n’est pas d’actualité. 

Ce qui me manque le plus, c’est de passer du temps en famille, mais aussi les petits kiffs à la française comme : prendre un café en terrasse, les chocolatines encore chaudes en boulangerie (on ne va pas lancer le débat, mais sache que j’ai des attaches à Toulouse), le fromage (surtout), les apéros vin/charcuterie avec les copines, aller à des concerts ou au théatre à l’improviste et sans se ruiner… et la sécurité sociale ! ahah

expat un jour, expat toujours ?

Quels sont les pays dans lesquels tu vivras après le Canada ? Je pense qu’on retournera en Nouvelle Zélande où nous somme résidents. Mais il n’est pas exclu de vivre quelques années en Asie, en fonction des opportunités professionnelles.

Une anecdote rigolote à partager sur l’expatriation ? La constante quête de fromage à raclette par les expats français. Mon précieuuux.

Une rencontre inoubliable à l’étranger ? Il y en a tellement….mais la palme revient à Laura, une amie New Yorkaise rencontrée lorsque je me suis installée quelques temps au Costa Rica (je ne l’ai pas mentionné ?). Elle a parcouru le monde avec un projet différent sur chaque continent, et s’est totalement investie dans des orphelinats en Tanzanie et au Vietnam – où elle retourne tous les ans. J’ai revu Laura il y a quelques mois lors d’un passage à New York, elle n’a pas changé et parraine aujourd’hui des dizaines d’enfants.

Mindset d’une expat

Je n’aime pas qu’on me dise que « j’ai de la chance » de vivre à l’étranger. Pour moi, ce n’est pas une question de chance au sens hasard, mais plutôt une chance/opportunité que l’on se crée. Partir s’installer à l’étranger et être expat, c’est un choix de vie. Il faut être prêt à faire quelques sacrifices et concessions. Ce n’est pas toujours tout rose ; gare à ce que l’on voit sur les réseaux sociaux. 🙂

Pour autant, il ne faut pas hésiter à se lancer ! Il est bon d’être un minimum organisé et d’être aux faits des différentes démarches et du système administratif (taxes, visas, assurances, etc). Hormis ça, laissons place à la spontanéité et à l’imprévu !

Pour partir vivre à l’étranger et avoir une bonne expérience, c’est avant tout une question d’état d’esprit : je recommande d’être curieux, ouvert d’esprit et adaptable. Ca en vaut vraiment le coup 🙂

Carnets de voyage

Ton pays préféré ? La Nouvelle Zélande

Ton trip préféré ? Un voyage aux Philippines avec Matt, l’Ouest Canadien avec mon petit frère, mon premier voyage à New York avec ma meilleure amie, un trip surprise à Tonga organisé par Matt pour mes 26 ans… il n’y en a pas qu’un !

Un moment gravé en tête pour toujours ? Faire de la plongée à Malapascua Island (Philippines) avec des requins renards – un des seuls endroits au monde où on peut les voir !

Ton prochain voyage ? On va profiter d’être sur place pour (re)découvrir le Canada. Et le prochain gros voyage ce sera l’Amérique du Sud pour plusieurs mois.

Le voyage de tes rêves ? L’Inde et le Népal en sac à dos avec un trek sur l’Himalaya… On y travaille !

Si tu avais une machine à voyager dans le temps ? J’irais découvrir l‘époque des Mayas ; leur culture est fascinante. 

Une anecdote de voyage ? On a fait un trek de 4 jours dans les risières aux Philippines avec Matt et un super guide. Le hic – c’est le cas de le dire – est qu’il ne parlait pas anglais… mais il avait une énorme réserve d’alcool de riz et de rhum dans son sac. On a pas avancé très vite, mais on a bien rigolé ! 

Un souvenir inoubliable ? Une mission humanitaire avec mon amie Barbara, je n’oublierai jamais les enfants du Burkina Faso.

Quel endroit faut-il absolument découvrir en Australie ? J’ai adoré vivre dans l’outback Australien pendant 1 an, au milieu de nulle part entre Darwin et Broome. C’est un autre visage de l’Australie que j’ai découvert, avec un véritable esprit de communauté, et des paysages à couper le souffle. C’était aussi l’opportunité d’en apprendre plus sur la culture aborigène.

Et en Nouvelle Zélande ? Il y en a beaucoup, mais la côte Ouest de l’île du Sud est à avoir absolument ! C’est une zone magnifique, très sauvage et préservée.

Et… sur Terre ? La plage de Koh Ta Kiev au Cambodge, avec les reflets du plancton phosphorescent… Magique.

Passer une journée avec toi

On t’entend souvent dire ?  « J’ai faim »

Une soirée parfaite ? Des amis, du vin et bien sur du fromage.

Un sujet qui te tient à coeur ? L‘écologie et le zero waste. Un vrai challenge avec les trajets en avion qui vont de pair avec la vie d’expat… mais j’essaie de compenser mes émissions CO2 au maximum.

Dans ton feed Insta, on verra ?

L’expatriation, pour toi aussi ?

Quand j’ai raccroché, j’avais moi aussi hyper envie de fromage avec du bon vin. Heureusement que c’était l’heure de l’apéro !

Tu l’auras compris, ma copine Pauline, on n’est pas prêts de la revoir en France. Une de plus qui a été touchée par le virus du voyage et de l’expatriation. 

S’expatrier, c’est un choix de vie, pour un temps ou pour toujours. Chaque expérience est différente selon l’état d’esprit, la destination, le mode de vie, mais tout le monde s’accord à dire que c’est une aventure qui vaut vraiment le coup. 😉

Si toi aussi tu rêves d’évasion et de pouvoir partir vivre à l’étranger, mais que tu ne sais pas comment faire ou que tu as besoin d’un coup de pouce, sache que je peux t’accompagner dans ta démarche. Que ce soit sur les aspects pratiques, et/ou sur les blocages que tu peux avoir, parlons-en >>> ICI <<<

Hasta pronto,

Charlie

error: Content is protected !!
dolor ut sit ut vel, nec at